« Marcoeur aime beaucoup Deerhoof mais n’a pas de téléphone portable »

The Drone

Albert Marcœur, interviewé par la revue The Drone : inénarrable, inaltérable, indispensable Albert …

« (…) Snobé dans son propre pays, cet artisan de génie élabore un jazz-rock complexe (“pop-trad-new age”, comme il dit), aussi bien en terme de progressions d’accords que de découpage rythmique, au-dessus duquel planent des paroles loufoques et poétiques, mi-spoken words mi-chantées, qui s’attachent à des observations de la vie quotidienne. Souvent présenté comme le Zappa français, adulé par Robert Wyatt ou Jim O’Rourke, il mériterait une renommée aussi importante que celle d’une Brigitte Fontaine, mais Albert s’en fout comme de sa première chaussette et trace sa route de workaholic frenzy sans regarder derrière lui, en se gaussant bien de l’industrie musicale et des medias. Nous avons eu l’honneur et le plaisir de le rencontrer autour d’un café rue Cadet. (…) »

L’interview complète à lire, voir et écouter sur The Drone