Ah le voilà, le fameux Torlav !

e6f019ca0d18e5950863c2c4a06d7c25[1]Samedi 25 mars, à l’Odyssée d’Eybens, pour le festival les Détours de Babel, le Quatuor Béla, la Soustraction des Fleurs, et une soixantaine de collégiens issus des collèges les Saules, Champollion, et de l’école de musique d’Eybens, collégiens, créaient Borg et Théa.

Julian au sein du quatuor, s’intéresse depuis bien longtemps à la pratique musicale enfantine et adolescente, alors nous avions à cœur d’apporter notre édifice au répertoire pour chœur d’enfants, par une œuvre qui nous rassemble et nous ressemble ! 

Albert Marcœur : Si oui, oui. Sinon non.

Format SonPublié le Catégories Média
  1. Entretien Quatuor Béla & Albert Marcoeur 4:54
  2. Les deux petits vieux Si oui, oui. Sinon non. Albert Marcoeur & le Quatuor Béla 3:28

à propos du concert
pour commander le disque

Les Folles Journées de Nantes : échos

QBéla_Logo_La-Croix

La Folle Journée a réservé une belle place à la musique américaine du XXe siècle dans laquelle s’est illustré le Quatuor Bela devant un auditoire médusé : il faut dire que « Black Angels », composé par George Crumb en pleine guerre du Vietnam, a de quoi secouer. Les musiciens jouent non seulement de toutes les sonorités et potentialité de leurs instruments respectifs, d’ailleurs amplifiés, mais aussi sur deux gongs et un clavier de verres remplis d’eau, que leurs archets caressent dans une symphonie interstellaire.

Une tournée en Colombie !

QBela_Logo_France-ColombieSur l’invitation de la Biblioteca Luis Ángel Arango de Bogota, dans le cadre de l’année France-Colombie, nous voici bientôt pour trois concerts, en Colombie – nous trépignons d’impatience !

Nous emmenons avec nous quelques unes des plus belles partitions du 20ème siècle, celles de Crumb, Dutilleux, Debussy, Ligeti et Bartok .. et les 20 verres en cristal joués dans Black Angels.

Jadayel, avec le duo Sabîl

  1. The Blue Dove (For Fadia) Ahmad Al Khatib 7:32
  2. Quodilbet Frédéric Aurier 5:20
  3. Bourree Frédéric Aurier 2:52

à propos du concert

Mabinogion, extraits

Extraits du concert enregistré par France Musique, le 16 septembre 2016 à la Marbrerie de Montreuil, Festival d’Île de France.

  1. QBéla_Musique_Mabinogion, extrait_Ettttt moi c'est Gwydion 7:32
  2. QBéla_Musique_Mabinogion, extrait_La fête festin peut commencer 9:33

à propos du concert

Mabinogion : Légendes galloises, avec Elise Caron

QBela_Image_Mabinogion_Donatien.Mary

Il y a quelques années de cela, l’auteur Arthur Lestrange, qui venait de voir notre concert avec Jean-François Vrod, « Retour sur le Coissard Balbutant« , nous accroche enthousiaste à la sortie du concert.

Il nous dit presque tout de go, cela fait des années que moi, franco gallois que je suis, je veux réaliser, écrire, mettre à la scène, ma version du Mabinogion, c’est avec vous que j’aimerais travailler.


Fantaisies avec Garth Knox

Publié le Catégories Uncategorized

Site The Portico of Ards

Henry PURCELL, Fantasy on one note (1680) for string quintet
Benjamin BRITTEN, Phantasy, Quintet (1932) for string quintet
Garth KNOX, The Weaver’s Grave (2011) for string quintet
Simon MAWHINNEY, In all the worlds (2013) for viola d’amore and string quartet
Claude DEBUSSY, String Quartet in G minor

A propos des Fantaisies

Cette tournée en Irlande reçoit le soutien du dispositif Fiacre Rhone Alpes et de Musique Nouvelle en Liberté

Trois frères de l’orage, écoute

Format SonPublié le Catégories Média

  1. Schulhoff quatrième mouvement quatuor no.1 5:48
  2. Hans Krasa - Thème & Variations Plaisir du Quatuor 7:39

À propos du concert « Trois Frères de l’Orage »

Trois Frères de l’Orage

Enregistrement France Musique, pour l’émission « Plaisir du Quatuor », le lundi 23 novembre 2015.

à propos du concert

  1. QBéla_Musique_P.Haas_Quatuor no 2 29:12
  2. Hans Krasa - Thème & Variations Plaisir du Quatuor 7:39
  3. QBéla_Musique_E.Schulhoff_QuNo1 Erwin Schulhoff 14:18

Benjamin Britten, extrait

Format SonPublié le Catégories Média
  1. Quatuor no. 2, mouvement no. 2 - enregistré par France Musique dans la cour de l'Hotel de Ville, Aix en Provence Benjamin Britten 3:32

Musique : Retour sur le Coissard Balbutant

Format SonPublié le Catégories Média
  1. 2ème pièce pour Quatuor Igor Stravinski 2:03
  2. Lovely Migration Quatuor Béla et Jean-François Vrod 6:01
  3. C'est Tipar ! Q. Béla - J.-F. Vrod 3:52
  4. Piou Blanc Q. Béla - J.-F. Vrod 1:55

À propos du concert

Pour se procurer le disque : Mustradem

Musique : Impressions d’Afrique

Format SonPublié le Catégories Média
  1. Solo de ngoni Moriba Koïta 4:41
  2. Niani Mankan Quatuor Bela & Moriba Koïta, avec Sylvain Lemêtre 6:17
  3. Impressions d'Afrique, Mouvement no. 2 Frédéric Aurier 6:43
  4. Impressions d'Afrique, Mouvement no. 3 Frédéric Aurier 6:25
  5. White Man Sleeps, mouvement no. 1 Kévin Volans 4:35
  6. Djon Fassa Quatuor Béla et Moriba Koïta 6:17

Albert Marcœur

Albert Marcœur

On les appelle parfois les habitants, ces hommes dont la poutre de leur univers est tenue par eux seuls, sans influence encombrante ni dispersion d’usage. Depuis le début des années 70, Albert Marcœur cultive son univers et ses compositions comme on creuse un sillon dans la terre pour y faire naître, avec patience et obstination, de fragiles et belles pousses.
Né à Dijon en 1947, il débute son parcours par l’étude de la clarinette au conservatoire et la formation de quelques groupes lycéens où le souffle rock l’emporte sur les gammes. Il formera bientôt avec ses frères Gérard et Claude, ainsi que d’autres musiciens, l’ensemble à géométrie variable qui prendra son nom : Albert Marcœur.
On a pu parfois dire de lui qu’il était le Zappa français, de la même façon qu’on le classe parfois en chanson sans raison. Albert Marcœur est un homme sans étiquette, exigeant, libre et inclassable, qui n’a comme terre d’élite que le champ des musiques obliques, où il croise de nombreux comparses aux univers aussi singuliers que le sien.

Son site

Jean-François Vrod

QBela_Jean_Francois_Vrod


Issu de la vague folk des années 70, Jean-François VROD commença à jouer du violon en autodidacte, le début d’un long parcours …
Depuis les collectages de musique traditionnelle en Auvergne, et la fondation du groupe « Café-Charbons », qui redonnait vie à ce répertoire, jusqu’à ses récentes expériences musicales parfois téméraires ou doucement iconoclastes, J-F Vrod est riche d’une expérience colorée, métissée de musique baroque, contemporaine, et improvisée bien sûr ! Il nous emmène dans un monde poétique résolument actuel, et néanmoins empreint des souvenirs universels, cachés dans la mémoire de tout un chacun.

Son site internet

Moriba Koïta

Moriba Koïta, grand griot Malien, joueur de n’goni est le digne représentant d’une culture où la musique, sans laquelle rien ne se fait, est aussi vitale que manger, draguer, regarder le ciel ou partir au boulot.

QBéla_Photo_Moriba Koïta par hélène Bozzi

Moriba vient du village de Kenenkoun, dans la région de Koulikoro à 55 km de Bamako, Il est issu d’une grande famille de griots. Dès l’âge de 4 ans, son père lui a enseigné le tama (percussion d’aisselle), puis le n’goni, deux intruments majeurs dans la famille des griots. Descendant d’une grande famille de griots maliens, Moriba Koïta est originaire du village de Kenenkoun, dans la région de Koulikoro à 55 km de Bamako. Moriba Koïta apprend auprès de son père et dès l’âge de quatre ans, le tama (percussion d’aisselle), puis le n’goni, deux intruments majeurs dans la famille des griots.

Il a été sélectionné par le Ministère des Arts et de la Culture pour intégrer l’Ensemble Instrumental National du Mali où il a joué pendant 12 ans. Sa maîtrise du n’goni Ba (n’goni basse) comme du n’goni Micin (n’goni aigu) lui vaudra, par la suite, d’être sollicité par toutes les grandes vedettes du Mali : Salif Keïta, les deux Fanta Damba, Kassé Mady Diabaté, Oumou Kouyaté, Amy Koïta, Nahawa Doumbia, Kandia Kouyaté

Il a enregistré pour Manu Dibango, Mory Kante, Salif Keïta, Nayanka Bell, Sekouba Bambino Diabaté, Cheick Tidiane Seck & Hank Jones, Dee Dee Bridgewater, Youssou Ndour et d’innombrables cassettes.

À Paris, il a fondé le grand ensemble mandingue Mandé Foli qui rassemblait la danse, les chants, et tous les instruments traditionnels du Mali, puis le groupe traditionnel Sorotoumou, avec lequel il a enregistré son premier album, Sorotoumou. Il se produit également en solo, racontant les joies et les peines de la vie quotidienne, les hauts faits de l’histoire Bambara, ou la toute-puissance de Dieu.

Il a joué et enregistré avec les griottes Mamani Keita et Oumou Kouyaté, on l’a croisé aussi parfois avec le groupe Moriarty.

Le 22 septembre 2016, il nous a quitté.

QBéla_Photo_Impressions d'Afrique_hélène Bozzi6

« Moriba Koïta sait magnifiquement reproduire les inflexions de la voix humaine lorsqu’il joue de cette guitare maure et peuhle (…). De murmures malicieux en rêveries romantiques, de volubiles emballements en véhéments galops, ces luxuriances d’un autre âge nous transportent ». Eliane Azoulay, Télérama

Discographie

Moriba Koïta, Sorotoumou, 1997 – Cobalt
Hank Jones meets Check Tidiane Seck, Sarala, 1995 – Verve
Amy Koita, Songs Of Praise – Stern’s Records
Mamani Keita Yelema, by Nicolas Repac 2006 No Format/Universal Jazz
Dee Dee Bridgewater, Red Earth, 2006 Emarcy
Jean-Jacques Avenel, Waraba, 2004 Songlines

Photographies : Hélène Bozzi

Christopher Trapani

QBela_Photo_Christopher Trapani par Esin Pektas

Christopher TRAPANI est né en 1980 à la Nouvelle-Orléans (Louisiane). Il est diplômé de Harvard University et du Royal College of Music de Londres, où il a obtenu un Master sous la direction de Julian Anderson. En 2003 il s’installe à Paris, où il passe quatre ans dans la classe de Philippe Leroux et dans le cadre d’une résidence à la Cité Internationale des Arts. Après un séjour d’un an à Istanbul, où il bénéficie d’une bourse Fulbright pour étudier la microtonalité dans la musique classique ottomane, il retourne à Paris en septembre 2008 pour intégrer le cursus d’informatique musicale à l’IRCAM

Les Fantômes – Controtempo, Journal de bord – Quatrième journée

Les fantômes sont nombreux, à Rome — voilà des millénaires qu’ils s’y accumulent. À la Villa Médicis, qu’ils envahissent volontiers (on y croise quotidiennement Debussy, Berlioz, Balthus, Grisey et bien d’autres), ils ont profité de ce quatrième concert du Festival Controtempo, porté par le Quatuor Béla et le contrebassiste Florentin Ginot,

L’Énergie du Plafond

Le 31 octobre 2014, Béla & Albert Marcœur rencontraient le Surnatural Orchestra au Théâtre de l’Echangeur à Bagnolet.


Les musiques d’Albert Marcœur furent revisitées par cette vaillante phalange ..
par exemple, « La Cueillette des Noix » parée de mille couleurs aussi authentiquement Marcœuriennes que furieusement Surnaturelles.

Sylvain Lemêtre lui, avait composé pour le Quatuor Béla son quatuor, l’Énergie du Plafond il y a de cela quelques années et ce avec l’envie tenace de voir se rencontrer un jour pour cette ode au frottement, le Quatuor Béla et Surnatural Orchestra. En voici quelques instants :


Si oui, oui. Sinon non.

Le Quatuor Béla & Albert Marcœur

INTERVIEW
Albert Marcoeur, par VPRO, à Metz, le 3 mars 2017

QBéla_Image_CouvSiOuiOui.SinonNon_Plonk&Replonk


 

LES VALISES A ROULETTES
Les Bouffes du Nord – Festival Jazz nomades/la Voix est Libre, le 29 mai 2013


LES MOUCHES
Le Cirque Electrique – Festival Sonic Protest/ Madame Macario, le 9 avril 2014


UN POÈTE PÉRUVIEN A PARIS
Le Cirque Electrique – Festival Sonic Protest/ Madame Macario, le 9 avril 2014


à propos du concert

Le Duo Sabîl

QBéla_Photo_Duo Sabîl

Ahmad Al Khatib, oud & composition
Youssef Hbeisch, percussions

Aujourd’hui maître consacré du oud, c’est en 1998 qu’Ahmad Al Khatib découvre Youssef Hbeisch (prononcer Habech) lors d’un concert. Impressionné par « la créativité de ce percussionniste de première classe »,