Karl Naegelen, La chute des anges rebelles

Karl NAEGELEN, à propos de son quatuor,

« La chute des anges rebelles »
Commande du Festival International du Quatuor à cordes en Luberon

Création le 23 août 2018 au Festival International du Quatuor à cordes en Luberon

Le titre du quatuor est emprunté au tableau de Brueghel l’ancien qui figure au Musée Royal de Bruxelles. On y voit une sorte de chaos d’anges entremêlés, dont les figures rappellent parfois l’imagerie et le bestiaire d’un Jérôme Bosch.

On y perçoit un monde sens dessus-dessous, où même l’immense dragon au centre de la composition est à peine visible, caché par tant de frères hybrides et monstrueux. Ce chaos est l’occasion pour Brueghel de créer paradoxalement une œuvre extrêmement structurée, coupée en deux – ciel, enfer – et dont la figure centrale, l’archange Michel – et son épée- nous rappellent la verticalité du combat que se livrent les anges et le sens littéral du mot chute.

Ce quatuor est un écho à cette sensation mêlée de multitude, de grouillements, de combats, d’ordre et de chaos, qui saisit à la vue de ce tableau extraordinaire, mais aussi à cette ambiance éthérée, stratosphérique, que nous suggère Brueghel par le bleu clair de la partie haute du tableau. Un écho également à cette étrangeté non dépourvue de légèreté, d’humour et de douceur, à l’instar de ce personnage à tête de femme, corps de fraise, queue de fleur, et ailes de papillon dont les motifs sont ceux d’une espèce ramenée d’Amérique ; l’imagerie du Nouveau Monde a pris place dans le tableau – dans le registre de l’étrange…

Cette pièce est une réaction à la puissance visionnaire, grisante autant qu’angoissante, de l’imaginaire humain à l’œuvre.

Elle est dédiée au Quatuor Bélà.

QBéla_Image_Pierre-Bruegel-l'Ancien_La-Chute-des-Anges-Rebelles.