Sur vestiges, de Daniel D’Adamo

Sur vestiges
Quintette à cordes

      Composée à la demande du quatuor Béla et de Noémi Boutin pour constituer un programme de concert associé au quintette à cordes de Franz Schubert, Sur vestiges a été conçue pour une disposition scénique particulière: la violoncelliste fait face au public tandis qu’elle tourne le dos au quatuor, qui est placé dans un second plan. Cette dramaturgie si particulière pose des questions musicales multiples: le quatuor qui double le violoncelle, établit un double rapport avec celui-ci et, à la distance, avec son double schubertien. L’écriture de la pièce trouve alors son origine à l’intérieur même de cette configuration spatiale particulière où, à la manière des poupées russes, ses acteurs s’enlacent en même temps qu’ils se poursuivent, se confrontent, se harcèlent.

      Ce conflit à enjeux multiples met en évidence plusieurs plans de signification; l’idée de réplique s’est alors installée au coeur de la composition de la pièce. Réplique: réponse franche à l’attaque, antidote à l’argumentaire qui se veut dévastateur, effondrement après le séisme, secousse suite au tremblement. Répliquer avec l’objectif de déplier l’argumentaire adverse et le faire plier à son tour, faisant ainsi face au combat.

      Une jeune femme est le repère principal dans ce théâtre des opérations. Elle incarne la cible mais elle tient aussi entre ses mains la première pierre. Elle peut déclencher les hostilités ou alors ouvrir le dialogue. Elle a la clé et le pouvoir sur cette mécanique de la confrontation, cet engrenage de la riposte et de la réfutation.

Daniel D’ADAMO

Sur Vestiges, est une commande de La Belle Saison
avec le soutien de ProQuartet – Centre européen de musique de chambre.
Création les 5 et 8 octobre 2018 au Théâtre de Coulommiers et au Théâtre des Bouffes du nord

à propos du concert