Si oui, oui. Sinon non. Vu et entendu par Guillaume Malvoisin

pointbreak.fr“Et Béla bêla. Enfin bailla. Corrompu par Marcoeur, mâchoire décrochée sur les longs coups d’archets d’entame de set. Albert et le Quatuor placent leur marques sans en avoir l’air. Un bâillement puis deux puis trois, puis la salle. Cinq hommes versés à l’assaut de l’assemblée la gueule ouverte. Pleine de rires aussi. Le lien qui unit Béla à Marcœur est fait de cela, aussi. D’un humour sans tain. Finement désabusé et ouvert sur des monceaux d’autres nourritures. Dégringolades, fausses pagaille et univers sonore réglé au cordeau (…)
Lire la chronique sur Pointbreak.fr