Trois Frères de l’Orage, chez Klarthe :la presse en parle !

Dans la presse écrite

Le Monde

 

“(…)Ecrites pendant l’entre-deux guerres, ces partitions sont caractéristiques de l’esprit libertaire qui régnait alors dans les arts, surtout au cours des années 1920. Le Quatuor n°1 d’Erwin Schulhoff (1894-1942) est un chef-d’œuvre de subversion qui dompte son insolente vitalité dans une trouble perspective. Il ne s’agit plus d’orage mais de mirage. Tout aussi fantasque dans le registre de la suggestion champêtre, le Quatuor n°2 de Pavel Haas (1899-1944) relève aussi de la vision tandis que le kaléidoscopique Thème et variations de Hans Krasa (1899-1944) glisse de subtiles facéties dans un cadre classique. Chaque œuvre bénéficie d’une interprétation hallucinante de finesse qui présente le Quatuor Béla comme une formation de rêve pour tout compositeur.” Pierre Gervasoni

Classique News

(…)On aura donc compris que les trois frères sont ici compositeurs, et que l’orage dont il est question, plonge au cœur de l’enfer terrestre, les camps de déportation et d’extermination nazis. Comme 3 lotus émergeant des eaux (troubles), jaillissent la matière et la texture somptueuse de 3 partitions des plus subtiles. (…) Lucas Irom

Gang Flow

“(…) Des notes vives et subtiles
Dès les premières notes du Quatuor à Cordes n°1 du prodige Erwin Schulhoff, composé en 1924, on est emporté par la rythmique très expressive de la partition. Les motifs du troisième mouvement, Allegro giocoso alla Slovacca, sont moins folkloriques qu’ensorcelants. Le tout réuni et apaisé dans le raffinement du quatrième mouvement obtenu par des jeux avec sourdine, au chevalet, avec le bois de l’archet. 
Evoquons également le très beau Quatuor n°2, opus 7 de Pavel Haas « Des montages du singe » composé en 1925. Ce sont les vacances d’été aux monts Vysocina en Bohême-Moravie d’un jeune homme…Entre intimité et exubérances, c’est l’insouciance faite musique.
Les talentueux interprètes de Trois Frères de l’Orage invitent au dialogue avec ces « printemps foudroyés » comme les appelle Jean-Marie Rouart.
Hommage magnifique. ” Sandrine Di Girolamo

Musique classique & co

Un des plus beaux CDs reçus depuis le début de l’année. Thierry Vagne

Audiophile Magazine

(…) Le Quatuor Béla insuffle beaucoup de poésie et de mordant, permettant au néophyte d’entrer très aisément dans ce monde assez sombre et mystérieux.
On tombe d’ailleurs rapidement sous le charme du raffinement de l’écriture. Les quatuors de Haas et Schulhoff sont assurément des petits chefs d’oeuvre. (…) Joël Chevassus 

On-TopAudio

à propos de “Des montagnes du singe” de Pavel Haas : (…)“Nuit Sauvage”, développe des rythmes moraves ardents et heurtés avec de brusques ruptures : une folle nuit faite de nombreuses séquences dansantes, soumettant les instrumentistes à un jeu débridé mais aussi traversé d’instants de poésie tendre où le temps semble comme suspendu. Une œuvre d’une étonnante inventivité.(…)
Jean-Pierre Robert

Froggy’s Delight

“(…)Comment ne pas être pris à la gorge par ce programme ?

L’interprétation du Quatuor Béla est limpide, pleine de couleurs, de jeux de timbres (évident dans le Schulhoff), de dynamiques et montre une réelle virtuosité, un lyrisme saisissant, tranchant, une densité, une incroyable incarnation qui dépasse largement le stade de l’émotion. Un disque superbe. ” Le Noise (Jérôme Gillet)

à la radio

FRANCE MUSIQUE

ESPACE 2 (Suisse)