Frédéric Aurier

Violon, Composition

Prix du CNSM de Lyon dans la classe de Roland Daugareil, Frédéric Aurier croise dans ce lieu privilégié, d’autres musiciens avec lesquels il découvre la passion de la musique de chambre. Une autre rencontre sera déterminante : celle du violoniste Jean-François VROD, qui lui ouvre le chemin de la musique traditionnelle auvergnate. Ils jouent ensemble dans le trio « La Soustraction des Fleurs » et ont enregistré à ce jour, deux disques pour le label « Signature-Radio France ».
Sa curiosité incisive le conduit à explorer des chemins aussi divers que l’improvisation, la musique contemporaine, le répertoire baroque, la musique de danse ou de théâtre. Son parcours d’interprète et d’improvisateur, ses rencontres incessantes avec des projets aux formes multiples, le poussent à la composition : à la demande du quatuor de violoncelles Alexander il écrit les Impressions d’Afrique, créées en 2007 au Festival « Les Nuits d’Été », en 2009, Musiques à Danser, créé au festival Radio France de Montpellier, en 2011, Quaoar, écrit avec le concours et la technologie du GMEA, en 2013, Le Mur d’Hadrien, commande de l’Etat pour quatuor et double choeur. Pour le duo Myssil, (Sylvaine HELARY et Noémi BOUTIN) il compose Les noces de S.A.R. la princesse Sirivannavari Nariratana en 2013, et écrit aujourd’hui pour leur prochain spectacle.

En 2016, après avoir écrit la musique du Mabinogion, mélodrame gallois pour le Quatuor Béla et la chanteuse Elise Caron, sur un livret d’Arthur Lestrange, il compose avec « La Soustraction des Fleurs » la partition de Borg et Théa un opéra pour chœur d’enfants, quatuor à cordes, violon traditionnel et percussions. Cette dernière création reçoit l’Aide à l’écriture d’une œuvre musicale originale du Ministère de la Culture et de la Communication.